HTP LIVE#27

1523517_10152519786704461_7247340049143409922_o 10296334_10152519789154461_8402565357418423527_o 10329868_10152519796079461_2408792022487476680_o 10353359_10152519790834461_6436574422384917852_o 10368965_10152519793069461_8930650312437553413_o 10368965_10152519793069461_8930650312437553413_o 10379510_10152519787394461_2470370364401535522_o 10453076_10152519791744461_3079736036859585370_o 10458967_10152519795389461_2053132047813177439_o 10469073_10152519786204461_2483536810562495195_o 10497189_10152519788014461_8661570746261478522_o 10497957_10152519794099461_6021479947898173069_o 10514401_10152519794729461_4118844752635517246_o

J4 Nous sommes sur le chantier depuis une heure et tout commence à s’organiser. Une dame d’origine turque arrive et nous tend un plateau avec du thé et des choses à manger pour le petit déjeuner. Décidément, on aura gouté à tous les plats du monde pendant ce chantier. On la remercie chaleureusement. Aujourd’hui on court derrière le temps qui passe vite : on est presque à la fin de la semaine. Julien, Julie, Chiara, Mélanie, Léo, Akram et Khalil continuent avec les portiques : construction en bois, perçage, travail fin, il s’agit de construire des structures lourdes et sécurisées à la fois. Sous le soleil, Grég, Arthur et Tom (stagiaire en 4ème année de l’école d’architecture qui nous a rejoint aujourd’hui) continuent à creuser les trous
Arrive Seghir, le père de Cheneti : « bonjour, messieurs-dames ! » puis « L ‘Algérie à gagné … ». Ce qui permet de parler foot et se chamailler gentiment, complices Alain et Mourad qui sont aussi arrivés.
La maman de Khalil lui parle depuis la fenêtre. Sur le chantier il y a Djbril et Areski avec nous. Petit à petit tous les ados arrivent. Je prête ma caméra à Areski et à Djibril, ils filment un peu le chantier.
On recommence après une pause. On transpire toujours « aux trous ».
L’après midi on est progressivement rejoints par des nombreux jeunes adultes. Certains aident, d’autres vont laver leur scooter avec la pompe à eau, puis arrosent les bambous, et arrosent les gens qui sont « aux trous »pour les rafraichir et pour rigoler aussi.
Julie, Julien, Noël (le monsieur Tamoul), Dario et Léo construisent un deuxième banc. Bientôt il faudra renverser les structures et couler le béton. Julie est satisfaite du timing du chantier, donc nous autres sommes contents aussi. Il y a un petit air de fin de semaine, certains, ne trouvant pas assez de choses a faire s’assoient, se lèvent. Des nuages annonçant la pluies couvrent progressivement le ciel.
Avec Dario et Areski on colle les photos en noir et blanc qui témoignent des premiers jours du chantier.
L’après midi il y a beaucoup de passage : des dames avec des chiens, un groupe de femmes sont assises sur les bancs du jardin, des enfants glissent sur les triangles désormais colorés. Les gens regardent les travaux, se saluent, se parlent, nous parlent.
Le femme de Noël, Marie, aussi de Pondichéry vient nous amener des spécialités indiennes.
On commence à discuter sur comment tourner les portiques.
Vers 16h le moment est arrivé, on appelle au renfort, les gens assis se lèvent : le premier portique est porté par une quinzaine de personnes qui bougent et crient à l’unisson, le portique est renversé doucement puis transporté dans les trous.
On fait du béton et on le coule dans les trous. Ao, Akram, Julie et Tom, avec quelques ados, sont à la bétonneuse.